Quelques "évidences" omises en HTML

  Ce que tous doivent savoir... sans savoir où c’était

Nous avons vu combien la connaissance d’HTML est indispensable... du moins les éléments de base HTML
Mais certaines remarques innocentes feront ressortir des points tellement "évidents" qu’ils ne sont même pas présentés dans les formations HTML (et qu’une fois lus,on les oublie meme si leur compréhension était indispensable).

C’est ceux que nous allons essayer de retrouver ici...

Article publié le 23 mai, et actualisé en mai 2020

 
 
 
 
 
 
 
 

Dans le désordre, quelques indications présentes dans vos pages HTML.... et d’une façon appliquée aux pages générées par les squelettes de SPIP, que vous pourrez désormais ignorer !

 Qu’est-ce qui est affiché

Le HTML [1]définit tous les éléments d’affichage dans le corps <body> de la page (donc vous pouvez ignorer les lignes de <head>, sauf que :
- la favicon (illustrant l’onglet de votre navigateur) est indiquée dans le <head>
- le titre de chaque page affiché par votre navigateur (en particulier les mémorisations en historique ou en références par les moteurs de recherche) doit aussi y être spécifié [2].

 Les mises en forme

En HTML/CSS il existe une notion implicite d’imbrication par hiérarchie des blocs conteneurs à partir de la racine <body> de la page : les définitions de styles de présentations s’appliquent en surchargeant -donc en remplaçant par sur-impression- des définitions de même nature indiquées sur des blocs contenants..
Ainsi la définition de la police et la graisse du corps de texte de votre article sont normalement définies pour la classe de style CSS .texte en écrasement de celle définie pour <body>, l’enrichissement marqué par la mise en gras vient aussi surcharger la mise en forme normale du texte.
Ce que certains exprimeront par "C’est le dernier qui a parlé /le plus proche/ qui s’applique" !

 Charset = jeu de caractères

Du fait des nombreuses calligraphies existant au monde, les alphabets utilisés diffèrent, et leur codification informatique aussi, par exemple les extensions de lettres accentuées : donc les pages affichées sur le Web doivent préciser le jeu de codes de caractères (et le sens d’écriture) utilisés : c’est par exemple le sens de la balise meta #CHARSET insérée d’origine...

 Introduction aux sélecteurs de CSS

La mise en forme d’affichage des textes doit donc être précisée pour chaque bloc (<p>, <div> ou <span>) de texte prévu, qu’il s’agisse d’un libellé fixe ou d’un texte extrait par une balise de champ SPIP, donc en de multiples occasions dans vos squelettes.
Pour garder plus facilement une bonne homogénéité de l’apparence graphique, cette mise en forme est ’factorisée’, c’est-à-dire mise en (facteur) commun dans des feuilles de style CSS autonomes, ce qui permet de concentrer les modifications éventuelles en un seul fichier.
Pour sélectionner la mise en forme voulue,on introduit sur les balises de blocs HTML des qualificatifs (ces sélecteurs de classe CSS), construits explicitement (avec la syntaxe du mot-clé .. class="selecter">) s’il ne peut être déduit directement de l’imbrication préalable des blocs du HTML dans la page.


Merci de nous signaler les coquilles, imprécisions ou erreurs qui figureraient dans cette page.

[1Rappelons que le HTML considère tout ce qui est entre < et ;gt ;,tandis quele CSS va définir tous les aspects d’apparence utiles à l’affichage..

[2Pour cette raison, les modèles de pages Zpip ou Z prévoient une noisette paramétrable pour chaque type de page, insérée dans ce <head>,en plus de la structure du <body>.


Liens A2A visibles seulement pour les inscrits.
Liens visibles seulement pour les inscrits.

Article publié le 23 mai, et actualisé en mai 2020 .

Répondre à cet article